Labo public du livre: suivre les chemins de la découverte

Visualisation de cercles d'influence.

Visualisation de cercles d’influence (Maria Popova)

La rencontre du labo public du livre, qui a eu lieu mardi le 10 septembre, a réuni une douzaine de personnes de divers horizons  (bibliothèque, édition, conception numérique, etc.) et même, des « amoureux » du livre.

La découverte est un thème passionnant dans un contexte, comme celui du livre, où se croisent les univers numériques et matériels. Elle est liée à l’existence :

  • ce qui est, mais qui n’est pas toujours visible;
  • ce qui fut et qui n’a pas toujours laissé de trace;
  • ce qui est tellement présent qu’on ne le voit plus;
  • ce qui n’est pas, mais que l’on soupçonne d’être (« il doit y avoir un livre là-dessus »).

Pourquoi s’intéresser à la découverte ?

J’ai proposé le thème de la découverte parce que les contenus numériques et matériels ne parviennent pas à nous uniquement parce qu’on les cherchent.  Mon travail est de faire en sorte que les contenus parlent d’eux-mêmes, grâce aux métadonnées, ces données dont les formats standards facilitent la description de ressources.  Cependant, même si ce chemin numérique est à présent essentiel à la visibilité d’un livre, les parcours de la découverte sont multiples et imprévisibles.

Les pérégrinations de notre groupe, lors du labo public, nous permettrons de réfléchir aux moyens (autres que le placement publicitaire et les relations de presse) qui favorisent la rencontre entre un intérêt et un livre. Voici, regroupées en facettes, les réflexions et questionnements qui ont été exprimés.

Espaces

Quels sont les espaces de la découverte ?

Les nouveaux espaces (numériques) sont-ils devenus plus importants ? Selon nos expériences et usages personnels, les univers matériels et numériques se croisent et sont complémentaires. On y trouve, entre autres, des réseaux sociaux, bibliothèques (généralement explorées de façon autonome, en butinant parmi les rayons ou en consultant les suggestions publiées ou présentoirs à cet effet), vitrines de librairies et Wikipédia.

Les nouveaux espaces, comme les plateformes LibraryThing ou Babelio ou les blogues, ne se substituent pas aux espaces traditionnels, mais enrichissent les modes d’exploration.

Le libraire suggérant des lectures ne serait-il plus qu’une image romantique ?

Parcours

Quel cheminement nous a amené à un livre choisi ?

Il y a de la poésie dans la démarche exploratoire, une déambulation physique ou virtuelle, une liberté (suivre un cheminement, bifurquer, abandonner, reprendre) et de sérendipiteuses découvertes.

La découvert de livres, en sautant d’un hyperlien à l’autre, est une lecture syncopée (des extraits de titres choisis, une lecture entreprise mais abandonnée dès que notre attention se relâche ou est attirée par un autre contenu.

Il y a également le livre qu’on ne cherchait pas et qui devient une heureuse découverte. Et que dire du livre que nos préférences personnelles et nos réseaux avaient écarté et que l’on choisit pour sortir de notre zone de confort. Il y a également le livre qu’on ne lira pas; l’ouvrage classique ou le succès populaire que nous avons l’impression de déjà connaître.

Idée d’atelier pour le Bookcamp

Pour découvrir un livre, il faut pouvoir y accéder. Nombreux sont les livres, incluant les ouvrages québécois, qui sont entrés dans le domaine public, mais qui ne sont pas disponibles gratuitement, en format numérique. Des enjeux liés au domaine public qui avaient été abordés lors d’une précédente rencontre a germé un projet d’atelier sur lequel nous reviendrons.

Boussoles

Qu’est-ce qui guide nos choix ?

Même parmi les participants qui constituent une liste de titres glanés au cours des rencontres et explorations — certains laissant celle-ci « fermenter » avant de choisir — la médiation demeure importante, Celle-ci agit comme un filtre positif. Parmi ces médiateurs, on trouve des critiques littéraires avec lesquels nous avons des atomes crochus, des membres de clubs de lecture et des bibliothèques personnelles qui ont un effet prescripteur.

Les plateformes de partage de lectures sont intéressantes et les logiciels de suggestions de lecture basées sur la liste d’ouvrages choisis/achetés sont bien conçus. Cependant, les recommandations sont beaucoup plus engageantes dans le contexte d’une relation interpersonnelle.

Ne sous estimons pas le rôle des moteurs de recherche comme Google dont les algorithmes proposent des résultats taillés sur mesure pour des profils similaires au nôtre contribuent à façonner nos choix culturels.

Jeux de pistes

Comme l’a si bien exprimé Karl Dubost, le livre est un réseau social: par des liens ou des annotations, il peut devenir un espace de découverte d’autres livres et d’autres lecteurs.

En conclusion, voici quelques pistes de découverte, réelles ou imaginées, qui ont été mentionnées au cours de la rencontre:

  • Parcours des influences: les auteurs qui ont inspiré l’auteur du dernier livre que j’ai lu.
  • Cartographie des lieux de récits ayant pour cadre le Québec.
  • Recherche plein texte pour entrer dans un livre (ou des livres), au hasard des mots recherchés.
  • Cartographie collaborative des lieux d’action de romans (Book Drum World Map).
Publicités
Publié dans Laboratoire public du livre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s